Ce qu’il s’est passé en février-mars 2024

J’ai refait une beauté à mon site internet

Faites un tour. Vous découvrir, voir ou revoir mon travail sous un nouveau jour. J’y présente ma démarche, mes pratiques de résistance poétique et mes ateliers.

Voir le nouveau site

 

La pratique exigeante du collage poétique quotidien

En janvier, j’ai entrepris de publier chaque jour un nouveau collage. J’ai mis le frein : la machine qui travaille 7jours/7 24h/24 ne tient pas la cadence et ce n’est pas vraiment dans cet esprit que je travaille. Cette pratique du collage offre justement une halte, une respiration, plutôt lente, dans le quotidien que je veux entretenir. La poésie advient si on prend le temps de la faire advenir. Donc je prends le temps dès que cela est possible sinon tanpis.

Voir les nouveaux collages

 

Encore un atelier d’écriture à Médialude

Le samedi 16 mars 2024, de 10h à 12h, nous avons fêté le retour du printemps avec nos mots.
A partir d’une série de contraintes d’écriture, nous avons convoqué les sensations, les couleurs, les odeurs, tout ce qui fait le printemps à nos yeux.
Par exemple, voilà une contrainte avec laquelle j’ai proposé de jouer : Si vous étiez un élément de la nature au printemps, que seriez-vous ? Décrivez pourquoi vous seriez cet élément, pourquoi vous l’aimez, faites comme si vous deveniez cet élément, identifiez-vous à lui.
Chacun.e, à notre rythme, il s’agit d’exprimer sur le papier, avec nos mots, qui viennent souvent nous surprendre, les sensations qui nous traversent, la sensibilité qui nous habite et qui rend la vie plus vivante. Et je le redis ici et encore : nul besoin de savoir écrire, il suffit d’avoir envie de tenter l’expérience. Adultes et enfants, à chacun sa poésie, quel que soit notre âge.
L’atelier est ouvert à partir de 8 ans. Et ce samedi-là, nous avons eu la chance d’être rejoints par une jeune fille de 9 ans accompagnée de son papa.

 

Un collectif de poésie en gestation

Depuis le début de l’année, un nouveau projet germe à l’atelier : un collectif de poésie, avec une amie poète Annabelle Larchevêque, qui a pour but de faire et faire faire de la poésie partout, avec ce que nous sommes, là où nous sommes car oui la poésie est là qu’on se le dise. Je vous en dirais plus les prochains mois. Si vous êtes déjà intéressés pour recevoir des infos dédiées, inscrivez-vous à la lettre d’infos en bas de page.

 

Ce qu’il s’est passé en janvier 2024

Nouveaux collages

Depuis  janvier, j’ai pris la résolution de publier un nouveau collage chaque jour ou presque sur les réseaux sociaux. J’ai pris l’engagement de donner plus de temps et de place à la création de mes collages, l’expression spontanée de la poésie qui m’habite et m’entoure au quotidien.

Rien ne se perd, tout se transforme : les collages retailles

En janvier, une nouvelle série de collages est née : les collages retailles. Ces collages sont créés à partir des retailles ou chutes de papier de magazines Télérama que je découpe, déchire pour faire mes collages. Je colle les chutes du jour au hasard sur la feuille, puis j’arrache ce qui vient. Le titre vient spontanément en voyant le résultat et en piochant dans les mots qui me restent du jour.

J’ai toujours aimé les restes d’affiches encollées arrachées recollées sur les murs, les colonnes Morris.

Restes du temps qui passe et reste un peu malgré tout.

Avec cette nouvelle façon de faire, je vais chercher la création spontanée, au hasard, presque automatique.

Les ateliers d’écriture continuent.

Quatre nouvelles dates sont d’ores et déjà fixées à Médialude, la médiathèque de Saint-Apollinaire :

  • 16 mars 2024
  • 1er juin 2024
  • 7 septembre 2024
  • 7 décembre 2024

De 10h à 12h.

Je peux d’ores et déjà vous dire que le 16 mars, nous mettrons le printemps à l’honneur, avec une touche de grâce, thème de l’édition 2024 du Printemps des poètes.

Le test du carnet

Jeudi 23 novembre dernier, j’ai participé à un atelier de fabrication de carnet à la reliure Pagina à Dijon. Frédéric nous a dédié sa soirée et a pris le temps de proposer un atelier riche en apprentissages et précieux conseils de passionné.

J’ai fabriqué un carnet digne de ce nom dans les règles de l’art. Cerise sur le gâteau, un de mes collages a trouvé sa place en couverture de mon carnet. Cela me donne des idées de création à partir de mes collages. Tadaaa !

Collage « Et nous sommes restés »

13×18 cm

A partir de retailles de collages.

Esprit de Noël es-tu là ?

L’esprit de Noël, c’est le thème de l’atelier d’écriture que je donnerais le samedi 2 décembre 2023 à Médialude, la médiathèque de Saint-Apollinaire de 10 à 12h.

A partir d’une série de contraintes d’écriture, nous convoquerons nos souvenirs de Noël et révèleront ce qu’est notre esprit de Noël car il est propre à chacun.e.

L’atelier d’écriture est l’occasion de partager ensemble un temps et un espace de création privilégié. Chacun.e, à notre rythme, il s’agit d’exprimer sur le papier, avec nos mots, qui viennent souvent nous surprendre, les sensations qui nous traversent, la sensibilité qui nous habite et qui rend la vie plus vivante. J’utilise des formes brèves qui facilitent l’expression spontanée.

Nul besoin de savoir écrire, il suffit d’avoir envie de tenter l’expérience.

Atelier ouvert à partir de 8 ans

Inscription préalable obligatoire auprès de la médiathèque au 03 80 72 90 90 ou par mail medialude@ville-st-apollinaire.fr

Matériel : Idéalement, venez avec votre carnet et votre stylo.

 

Au plaisir de vous y voir.

 

#atelierecriture #atelierdijon #ateliersensoriel #atelierfamille #poésie #creationdijon #ecrire #jouer #cinqsens #jeuxsensoriels

Collage « L’autre route »

Collage « L’autre route »

21×29,7 cm

Septembre 2023

Télérama n°3514

 

Il existe d’autres routes que celles que l’on s’obstine à emprunter.

Parfois sans conscience du geste.

D’autres fois en pleine conscience, ne sachant pas comment faire autrement.

Si même lorsqu’elle existe, la solution exige trop de remise en question, on s’en détourne.

Dédales de l’esprit humain.

Devons-nous grimper dans les arbres pour ne plus en descendre malgré les obstacles et les difficultés comme le héros Cosimo d’Italo Calvino dans Le baron perché ?

Faire un pas, poser la question.

PS : toute ressemblance avec des faits réels est totalement fortuite.