171017_Rien à faire_IMG_7104

Rien à faire

Champ libre !

 

Rien à faire. Tout à faire. Lorsque l’on ne fait rien, le tout n’est pas loin.

 

Prendre le temps de rien. Par les temps qui courent, quelle provocation ! Rien ne sert de courir. Ralentissons.

Pourquoi tout faire vite ?

Prenez le temps des petits riens. Rien ne presse. Ne rien faire à tout instant. Dès que possible. Rien.

Ne faites rien. Maintenant. Même une minute. Je sais, c’est difficile.

 

La vie est faite de petits riens. Elle est même pleine de ces petits riens du tout. C’est la somme des petits riens qui forment le tout.

Derrière RIEN, il y a TOUT. Qu’on se le dise.

 

A partir de maintenant, entraînez-vous à faire RIEN. RIEN DU TOUT. Vous verrez, ce n’est pas rien.

Prendre un temps de rien. Faire le vide. Partir de rien. Repartir de rien.

Faire à partir de rien. On peut faire beaucoup avec rien.

 

« Mieux vaut n’penser à rien

Que n’pas penser du tout

Rien c’est déjà

Rien c’est déjà beaucoup… » comme le dit la chanson « Ces petits riens » de Serge Gainsbourg.

 

C’est le petit rien qui change tout. Ce tout, plein de riens.

Faites la liste de ces petits riens qui vous font plaisir.

A partir de maintenant, offrez-vous un de ces petits plaisirs par jour. C’est rien, mais ça compte.

Et pour le plaisir les paroles de la chanson de Serge Gainsbourg « Ces petits riens »

Mieux vaut n’penser à rien

Que n’pas penser du tout

Rien c’est déjà

Rien c’est déjà beaucoup

On se souvient de rien

Et puisqu’on oublie tout

Rien c’est bien mieux

Rien c’est bien mieux que tout

 

Mieux vaut n’penser à rien

Que de penser à vous

Ça n’me vaut rien

Ça n’me vaut rien du tout

Comme si de rien

N’était je pense à tous

Ces petits riens

Qui me venaient de vous

 

Si c’était trois fois rien

Trois fois rien entre nous

Evidemment

Cà ne fait pas beaucoup

Ce sont ces petits riens

Que j’ai mis bout à bout

Ces petits riens

Qui me venaient de vous

 

Mieux vaut pleurer de rien

Que de rire de tout

Pleurer pour un rien

C’est déjà beaucoup

Mais vous vous n’avez rien

Dans le cœur et j’avoue

Je vous envie

Je vous en veux beaucoup

 

Ce sont ces petits riens

Qui me venaient de vous

Les voulez-vous ?

Tenez ! Que voulez-vous ?

Moi je ne veux pour rien

Au monde plus rien de vous

Pour être à vous

Faut être à moitié fou.

Par Cloé Przyluski

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *