J’ai testé : les ateliers chantiers participatifs

Les ateliers de jardinage et de bricolage en chantiers participatifs foisonnent. Cet été, à Paris, j’ai eu l’occasion d’en tester deux.

Construction d'un transat en palettes recyclées à la Recyclerie à Paris
Construction d’un transat en palettes recyclées à la Recyclerie à Paris

Un atelier permaculture à la Ferme de Paris à Vincennes et un atelier upcycling de fabrication de mobilier de jardin en palettes de récupération à la Recyclerie à la sortie du métro porte de Clignancourt.

Le lieu de la Recyclerie, dont je vous parlais dans un article précédent, vaut à lui seul le coup d’œil. L’ancienne gare Ornano que je n’ai pas eu l’occasion de voir avant les travaux a été transformée en bar, restaurant et atelier de bricolage, tout en gardant des éléments de construction anciens. En traversant la grande salle, on accède à une terrasse qui surplombe l’ancienne voie de chemin de fer. Puis, en descendant quelques marches, à gauche, un poulailler est mis en fonctionnement. En continuant les escaliers, une terrasse tout en longueur a été aménagée le long des voies. Juste en face, les jardins du Ruisseau, déjà évoqués ici.

Pour l’atelier upcycling avec des palettes, rendez-vous est pris le matin même par mail. Il n’y a pas foule en cette fin de mois de juillet. A 14h, nous sommes trois pour l’atelier. Trois femmes avec quelques notions de bricolage, ça promet. Une quatrième personne nous rejoint trente minutes plus tard. Une jeune femme également. L’animateur ne prend pas peur, il nous explique que nous allons construire deux transats en palette. Nous prenons les outils en main assez rapidement. Le premier transat, notre prototype, prend du temps. Pour le deuxième, ça ira plus vite. En quatre heures, nous ne sommes pas peu fières du résultat. La satisfaction est au rendez-vous. Pour ma part, j’étais loin de maîtriser l’utilisation de la perceuse et de la scie sauteuse. C’est chose faite.

 

Construction d'un transat en palettes recyclées à la Recyclerie à Paris
Deuxième transat en palettes recyclées.

A la Ferme de Paris, lors de l’atelier jardinage permaculture, la journée file à toute allure dans une atmosphère hors du temps, paisible et particulièrement riche en échanges de tous acabits. On est loin d’imaginer que Paris est si proche.

Ce jour-là, le groupe était sur la construction d’une allée-épicerie selon les principes de la permaculture. Cette allée a la particularité de regrouper les espèces végétales qui arriveront à maturité en même temps. Le moment de récolte venu, il suffira d’aller se servir comme dans le rayon d’une épicerie. Tout est réfléchi en terme de conception, d’exposition, etc. Construits à partir de pavés de Paris et d’un maximum de matériaux se trouvant sur place, les murets sont orientés plein sud. Leur forme permet une exposition optimale et la chaleur emmagasinée la journée sera restituée la nuit. Une photo vaut mieux qu’une longue explication.

Photo de l'allée permacole
Construction d’une allée permacole à la Ferme de Paris

Rien à redire sur l’organisation, au contraire. Un bus nous prend au métro Vincennes à 9h30 et nous y ramène à 16h30. Accueillis par un café et des sourires, de courtes présentations sont faites avant de passer aux choses sérieuses, sans toutefois se mettre la pression sur le résultat. Chacun fait selon ses capacités, son expérience, son envie. Au programme, monter le muret et le remplir de terre pour de futures plantations. La terre est à préparer. Les pierres à déplacer et à empiler puis à consolider au mortier.

Le repas est partagé, tous ensemble, dehors, malgré un temps mitigé. Les discussions, qui vont bon train depuis le matin, ne tarissent pas. Une des animatrices a fait cuire du pain et les animateurs ont préparé des plats à partager, en plus du pique-nique de chacun. L’après-midi, après l’effort, les animateurs nous font une belle visite de leur jardin permacole en pleine évolution.

Des plantes aux noms inconnus, comestibles pour la plupart, font leur apparition dans mon vocabulaire : cédrelat, capucine tubéreuse, cardère, poire de terre ou yacon, caraganier, cerinthe major, maceron, chénopode Bon-Henri, plaqueminier ou arbre à kaki, mûroise, ragouminier. Des aménagements et plantations effectués lors de précédents ateliers peuvent être observés. Le moment est au-delà de mes espérances, je me régale, je rencontre des personnes sensibilisées à la permaculture, j’apprends, nous échangeons, nous rions. Le talent des animateurs y est pour quelque chose. Le soir, lors du retour, après ce bol d’air en pleine nature, je suis ressourcée. Les sensations sont vraiment bonnes.

Un conseil, si vous hésitez encore, foncez. Non seulement, comme on donne un coup de main, c’est gratuit. Mais, l’essentiel n’est pas là. C’est bon pour le moral et la confiance en sa capacité à faire quelque chose de ses dix doigts. La convivialité y est de mise, ainsi que la bonne humeur, l’envie de s’investir et de découvrir. Si vous pensez ne pas savoir faire, oubliez de suite vos appréhensions. L’objectif est certes de travailler et d’obtenir un résultat digne de ce nom, mais surtout de faire ensemble dans un moment de partage inoubliable.

Pour connaître les dates et participer à ce type d’ateliers à Paris, retrouvez aussi l’agenda des acteurs du Paris durable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *