Le gaspillage alimentaire, l’affaire de tous

Les légumes moches vus par le collectif Kromkommer.
Les légumes moches vus par le collectif Kromkommer.

Récupérer et consommer les fruits et légumes abandonnés et mis au rebus. L’idée fait des petits. Vous connaissiez sûrement le mouvement Disco Soupe, qui œuvre pour la sensibilisation du grand public à la problématique du gaspillage alimentaire et organisent des sessions collectives ouvertes de cuisine de fruits et légumes rebuts ou invendus dans une ambiance musicale et festive.

Vous avez peut-être entendu parler des freeganers, ces citoyens qui décident de glaner leur nourriture dans les poubelles des supermarchés pour dénoncer le gaspillage alimentaire. Désormais, les légumes « moches » ne s’en laissent plus compter et sont à l’honneur avec le collectif néerlandais Kromkommer qui s’est spécialisé dans la création de soupes pour éviter leur gaspillage.

Les lignes bougent et de nombreuses initiatives naissent de cette lutte contre le gaspillage alimentaire à grande échelle, parmi elles :

Fruimalin, l’association dijonnaise qui sauve localement près d’une demi-tonne de fruits par mois dans des vergers laissés à l’abandon, des jardins non récoltés ou en partie, etc., en les valorisant. Une cinquantaine d’adhérents s’investissent dans ce projet dont l’objectif est à terme des créer des emplois et d’essaimer. Trois structures sont déjà en gestation en Bourgogne.

La toute jeune société, confitures Re-belles, qui collecte également fruits et légumes délaissés par l’industrie agro-alimentaire et les transforme en confitures pour les redistribuer localement.

Le food-truck Auparager créé par des étudiants en école de cuisine qui ont souhaité s’investir dans ce combat.

Assortiments de mignardises par Auparager.
Assortiments de mignardises par Auparager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *