La sélection télé du week-end de Communication en transition

3 documentaires à ne pas manquer. A revoir dès que possible en replay.

Déchiffrage – Chômage, l’éternel retour ? diffusé mardi 4 février sur Arte

Le magazine Déchiffrage d’Arte, en partenariat avec Alternatives économiques dresse un portrait éloquent du grand méchant « chômage », apanage de nos économies capitalistes. Perdurera, perdurera pas telle est la grande question que tout le monde se pose. La réponse, enfin en partie, est dans le documentaire. Allez-y, foncez, regardez-le sans plus tarder, il est disponible sur Arte+7 jusqu’à mardi.

« Moins, c’est mieux ? » diffusé vendredi 07 février sur Arte

Au programme, moins de croissance pour une vie meilleure. Ce documentaire part du constat qu’il est difficile aujourd’hui de renoncer et d’échapper à la société de croissance qui est partout prégnante. Il explore ensuite différentes initiatives personnelles et communautaires en faveur de la transition. Il présente des modes de vie plus compatibles avec l’humain et la nature. Il invite à privilégier et développer les liens de proximité et ne pas toujours aller chercher ailleurs ce que l’on peut contribuer à construire sur place, autour de nous. En témoigne notamment le mouvement Villes en transition, initié dans la petite ville de Totnes en Angleterre.

Voir mon article sur le mouvement Villes en transition

« Françoise Giroud, autoportrait » diffusé vendredi 7 février sur France 3

Je connaissais l’éminent nom, je ne connaissais pas en détail le riche parcours plutôt intimidant de cette femme au caractère bien trempé. Fondatrice du journal l’Express avec Jean-Jacques Servan Schreiber, elle avait  à cœur d’informer et de diffuser l’information fusse-t-elle à l’encontre de ce l’Etat français souhaitait faire savoir à l’époque. Ce documentaire est basé sur un ouvrage qu’elle n’avait jamais publié et que l’on pensait détruit jusqu’à ce que la journaliste Alix de Saint-André retrouve sa trace…

Vulgariser et diffuser l’information au plus grand nombre qu’elle qu’elle soit était son métier, comme elle a pu le dire au détour d’une interview. Une devise à méditer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *